Savasana la posture relaxante.

Savasana, LA posture de yoga !

YOGA
 

Souvent bâclée voire ignorée, mal comprise et mal abordée, gâchée par la simple attente ou les cogitations aussi inutiles qu’intenses, Savasana, la posture de relaxation qui finit théoriquement toutes les leçons de yoga,

Savasana la belle qui se traduit du sanskrit par « la posture du cadavre » (en sachant qu’en Inde la mort est loin d’être malheureuse, c’est plutôt flatteur), Savasana mérite largement, au moins pour une fois, d’être sur le devant de la scène, et du même coup, en titre d’article.

Savasana, appelé aussi posture du Cadavre, c’est la relaxation ultime.

Non elle n’exige ni la souplesse, ni la force, ni l’équilibre, car Savasana se pratique allongée, les yeux clos et le corps calmé et paisible. Mais alors, qu’a donc cette posture pour qu’on s’intéresse à elle tant que ça ?

Ce que Savasana a de plus en réalité, c’est qu’elle exige de nous ce que nous ne sommes que très rarement en mesure de fournir dans notre quotidien : la présence, sans aucune forme de dispersion possible…

Les bienfaits de Savasana

Indispensable après un cours de yoga quel qu’il soit (d’ailleurs, le temps consacré à Savasana devrait être théoriquement de 20 minutes quand il n’est bien souvent que de 5), mais également savoureuse à tout moment de la journée quand les conditions requises sont là bien sûr (ne serait-ce que de pouvoir s’allonger à plat dos sur le sol !), Savasana permet une régénération totale de tout le corps.

Sur tous les plans, physique, moral et émotionnel, l’être tout entier se retrouve littéralement reboosté.
Et cette énergie neuve, il est d’autant plus capable de la ressentir que son hypertension s’est calmée, tout autant que son stress et sa nervosité.

Les tensions musculaires apaisées, les tensions mentales dispersées, ne subsiste qu’une délicieuse sensation du moment présent dans laquelle l’impression toute bête, oui, mais tellement épatante d’être en vie (après la posture du cadavre, un joli comble !), vraiment « en vie », là et ici, donne littéralement des ailes.

Plus techniquement…

Après les postures de votre leçon de yoga, que ces dernières soient des plus dynamiques aux plus paisibles, ce temps d’immobilité totale et (supposée) profonde et consciente qu’offre la posture de Savasana permet concrètement aux corps physique et énergétique d’enregistrer les bénéfices de votre séance et de les diffuser à travers le corps.

Cette relaxation qui va bien au-delà de ça aide les muscles, les ligaments, les os à retenir les informations et les sensations afin de les retrouver avec plus de facilité à la leçon suivante.

Plus que de relaxation, Savasana est en réalité LA posture de l’assimilation.

Comment prendre Savasana ?

Il n’y a pas trente-six mille façons de s’allonger par terre, pourriez-vous penser… Comment vous prouver que si ?!
Peut-être pas trente-six mille, c’est vrai, mais plusieurs en tout cas, et certaines plus profitables que d’autres.

Sentez-vous toujours votre corps long et large lorsque vous vous allongez ?
Le sentez-vous rempli d’espace, dans les insertions des chairs, dans les articulations entre deux os, dans le ventre, le cœur et la tête ? Non ? Eh bien, c’est que vous n’étiez pas en Savasana !

Concrètement…

Allongez-vous sur le sol, les jambes encore pliées, les pieds bien à plat au sol. Soulevez légèrement votre bassin pour le prendre dans vos mains de chaque côté, et reposez-le en allongeant les lombaires sur le sol, le coccyx bien dirigé vers vos talons (cela revient à faire une légère rétroversion du bassin).

Sentez que consciemment vous desserrez les muscles fessiers, puis laissez le pied droit glisser au sol jusqu’à ce que la jambe se tende et s’abandonne avec la pointe du pied tombant sur la droite. Ne soulevez pas votre pied, laissez-le glisser, avec la sensation qu’il est lourd tant il est relâché.

Faites bien sûr l’autre côté en commençant toujours par le même (votre cerveau a besoin de routine dans les plus infimes détails pour se détendre complètement). Saisissez ensuite vos deux omoplates en croisant les bras sur votre poitrine. Sentez que vous les écartez l’une de l’autre et que vous les reposez, larges, sur votre tapis. Attrapez ensuite la base de votre crâne avec vos mains (l’occiput, c’est-à-dire l’os un peu saillant à la racine de la tête), et « éloignez » la tête de votre cou en la tirant tout doucement vers le haut.

Savasana et le Bien-être


Sentez vos vertèbres cervicales qui s’allongent tranquillement, puis reposez l’arrière de votre crâne au sol, avec le menton plus bas que le front (si ça n’est pas le cas, placez un coussin sous votre tête).

Abandonnez enfin vos bras de chaque côté de votre corps (mais encore sur le tapis, ne les mettez pas trop en croix sinon cela risque de créer de petites contraintes et tensions dans les épaules), fermez les yeux comme si vos paupières étaient deux voiles légers qui se déposent sur vos globes oculaires, et écoutez… Écouter quoi ?
Écoutez-vous, vous-même ! Placez-vous à l’écoute de vos sensations, de vos émotions, et accueillez tout ce qui vient. Sourire, joie, plénitude, calme, et les larmes parfois aussi, cela arrive et cela fait du bien.

Partagez :

Tagged