Nadi Shodana, la respiration pour réguler les énergies

YOGA

Quand on parle de yoga, on pense surtout aux postures, les fameux asanas, allant des guerriers à l’enfant et en passant par les très connus chien tête en bas, cobra ou arbre.

Et pourtant, une posture n’est rien sans le souffle, sans cette énergie vitale appelée Prana.

Le pranayama en sanskrit signifie l’art de la maîtrise du souffle, et c’est bien dans cet art que l’on trouve les fondements du yoga, ainsi que les clés pour une bonne stabilité physique et mentale.

La respiration alternée pour retrouver nos points d’équilibre

D’une façon simplifiée, le Prana circule dans trois nadis, un nadi étant un canal. Le premier correspond à la colonne vertébrale, l’axe central, et de chaque côté se trouvent deux autres nadis, Ida et Pingala, qui nous intéressent pour la pratique de la respiration alternée. Ida est à gauche, et correspond à une énergie douce, lunaire. Il s’agit d’une énergie féminine associée au calme, au recul, mais aussi à l’imagination et à la création. Pingala, à droite, correspond à l’inverse à une énergie chaude, solaire.

Il s’agit pour Pingala d’une énergie masculine associée à la force, au courage, à l’action. Il est rare que ces deux courants soient naturellement équilibrés. Et pourtant, cela serait le gage d’une bonne santé aussi bien physique que psychologique.

La respiration alternée a cet objectif de ramener les énergies lunaires et solaires en nous à ce point d’équilibre. Une pratique de quinze minutes quotidiennes suffit, et faite le soir, elle induit un bel état de calme et de détente propice à un endormissement facile et naturel.

Nadi Shodana, comment procéder ?

Placez-vous en assise le dos droit, en imaginant qu’un petit fil doré au sommet de votre tête vous étire vers le ciel. Soyez confortable, c’est important. Donc pas de scrupules : si vous êtes mal à l’aise assis en tailleur au sol, autorisez-vous l’assise sur une chaise !

  • Fermez les yeux, tranquillement, comme si les paupières étaient deux voiles légers qui viennent recouvrir vos globes oculaires.
  • Gardez la main gauche sur votre jambe et placez le pouce de la main droite au contact de la narine droite, et l’annulaire contre la narine gauche. Index et majeur exercent une légère pression entre les deux sourcils.
  • Expirez par les deux narines, profondément.
  • Puis, inspirez par la narine gauche en fermant la narine droite avec le pouce.
  • Retenez une ou deux secondes poumons pleins puis expirez par la narine droite en fermant la gauche, et retenez poumons vides une à deux secondes à nouveau.
  • Inspirez ensuite à droite, retenez, puis expirez à gauche et retenez à nouveau, et ainsi de suite en reprenant sur une inspiration à gauche.
  • Au fur et à mesure, essayez d’allonger un peu vos respirations sans jamais forcer sur vos capacités pulmonaires.

Le retour des énergies

Pour terminer la pratique de Nadi Shodana il faut finir sur une expiration à gauche, et après la légère rétention, prendre une belle et profonde inspiration par les deux narines.

Cette dernière inspiration est délicieuse car elle donne l’impression d’un grand bol d’air frais dans le crâne, comme si le cerveau était parti faire une balade en montagne !

Les maux de tête et autres fatigues mentales n’y résistent pas.

Bonne pratique, Namasté !

Partagez :

Tagged