Femme enceinte assise en tailleur au sol.

Le Yoga Prénatal pour mieux appréhender l’accouchement.

YOGA

Le yoga prénatal est une pratique douce et adaptée à la femme enceinte, que l’on peut tout à fait qualifier d’activité sportive. Il est bénéfique pour la maman, mais également pour le bébé lors de la grossesse et permet de se préparer à l’accouchement.

Nul besoin de s’y connaître en yoga avant de commencer le prénatal : il est en effet parfaitement adapté aux débutantes.

Quels bénéfices apporte le yoga prénatal au corps ?

Le yoga prénatal sollicite de nombreuses parties du corps tout en douceur. Il permet de conserver une bonne mobilité au niveau du bassin, de renforcer la sangle abdominale et d’assouplir son corps d’une manière générale.

Côté bébé cette pratique permet de diminuer les risques de césarienne et de mauvais positionnement dans l’utérus (siège, transverse).

Sur le moyen terme, le yoga prénatal permet à la future maman de soulager ses maux quotidiens tels que les maux de crâne, les maux de dos, les jambes lourdes, la rétention d’eau plus généralement, ainsi que les douleurs abdominales, les nausées et reflux gastriques.

C’est également un excellent moyen de relancer et réguler un transit un peu capricieux (constipation, diarrhée…).

La pratique du yoga en tant que sport ne doit pas s’arrêter à la grossesse, et est également conseillée en post-natal.

C’est un excellent moyen de de se remettre rapidement de son accouchement, sans brusquer son corps. Les organes et le bassin auront ainsi plus de chance de se remettre en place rapidement.

Postures de yoga prenatal

Travailler l’ouverture des hanches

Les hanches sont le point central pour mouvoir le corps. Que l’on se déplace, en courant ou en marchant, que l’on se penche les hanches travaillent. Une vie trop sédentaire ne va plus faire travailler ces muscles qui se trouvent autour des hanches.

Avant l’accouchement il serait bon de les stimuler par différentes postures comme celle dîte du Demi-Pont.

Femme enceinte réalisant la posture du demi-pont en yoga.

La posture du Demi-Pont

S’allonger au sol, et faire revenir les pieds le plus proche possible vers les fesses.
Donner une impulsion par les talons pour monter les fesses, ce qui aura pour effet d’étirer les muscles des hanches.

Travailler l’ouverture du bassin

Toute la partie du bassin lors d’un accouchement sera extrêmement solicité. Le faire travailler sera le gage d’un supplément de tonicité.

Femme enceinte faisant la posture du chat en yoa prenatal.

La posture du chat sur une pate

Pour la position de départ, placez-vous au sol, les bras droits et tendus avec la paume des mains bien à plat. Les genoux sont au sol, et le dos est à l’horizontale du sol.
Levez la jambe en inspirant, le genou en direction du le front en expirant.

Où pratiquer le yoga prénatal ?

Le yoga prénatal se pratique généralement dans la maternité choisie pour l’accouchement. Les séances sont encadrées par une sage-femme, et ont généralement lieu en fin d’après-midi ou le soir. Il est parfois possible de se faire accompagner de son conjoint ou de sa conjointe.

Dans certains cas, il est envisageable d’effectuer cette préparation à l’accouchement dans un cabinet de sage-femme, ou encore d’être accompagnée d’une doula, qui apportera aussi un soutien et un accompagnement pratique durant la grossesse.

Les salles de préparation à l’accouchement sont conçues pour que la future maman s’y sente à son aise : température ajustée, tapis au sol, ballons, coussins, musique relaxante, etc. Tout est prévu pour passer un moment de détente.

C’est également l’occasion d’échanger avec d’autres femmes enceintes, et de se sentir ainsi moins seule dans cette grande aventure qu’est la maternité.

Combien coûte une séance de yoga prénatal ?

La sécurité sociale prévoit huit séances de préparation à la naissance, intégralement prises en charge. Certaines maternités ou maisons de la naissance font le choix d’intégrer le yoga prénatal dans ces séances.

Il est conseillé de s’y inscrire dès l’annonce de la grossesse car ce type de préparation est extrêmement convoitée par les futures mamans.

Il est également possible de faire appel à un coach à domicile ou une sage-femme libérale si les déplacements se révèlent compliqués.
Il est dans ce cas conseillé de se renseigner sur l’intervenant, ainsi que sur le tarif des prestations.

Il faut garder à l’esprit que les séances sont remboursées uniquement si elles sont données par une sage-femme ou un médecin, et que tout dépassement d’honoraires devra se négocier avec la mutuelle.

Partagez :

Tagged